Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Réseau De Scène En Scène

  • : Réseau de scène en scène
  • Réseau de scène en scène
  • : Un réseau dédié aux arts vivants dans les Hautes Pyrénées, pour tous : artistes, public avisé, tout public... Nos partenaires : Mairie de tarbes, Conseil Général des Hautes Pyrénées et Conseil Régional Midi Pyrénées
  • Contact

Le réseau De scène en scène

      Le réseau De scène en scène

      Un bouillon de culture !

« Nous devons préserver les lieux de la création, les lieux du luxe de la pensée, les lieux du superficiel, les lieux de l’invention de ce qui n’existe pas encore, les lieux de l’interrogation d’hier, les lieux du questionnement. Ils sont notre belle propriété, nos maisons à tous et à chacun. »

 

Jean-Luc Lagarce, Du luxe et de l’impuissance, Les Solitaires Intempestifs, 1997

 

Liens

13 juillet 2017 4 13 /07 /juillet /2017 16:14
La Cour des Papes, Photo de BORIS HORVAT / AFP

La 71ème édition du Festival d'Avignon ouvre ses portes jeudi 6 juillet et ce jusqu'au 26 juillet. Fondé en 1947 par Jean Vilar, le rendez-vous des amoureux des planches présente chaque année une soixantaine de spectacles donnant lieu à trois-cents représentations auxquelles assistent des dizaines de milliers de spectateurs. Mais depuis 1966, le festival s'enrichit d'une programmation non officielle, le "Off", dans laquelle figurent des artistes désireux de se faire connaître. Ainsi, en 2016, pas moins de 1.416 spectacles ont été joués dans le cadre du "Off", ce qui en fait l'un des plus grands festivals de compagnies indépendantes au monde.

Des artistes traités différemment par le "In" et le "Off"

Avignon est un lieu de visibilité unique pour les artistes, venus des quatre coins de la France, et même de l'étranger. Grâce au "Off", ils ne passent pas par la sélection de la programmation officielle, mais profitent tout de même de sa vitrine médiatique. Ils tentent alors de séduire un maximum de programmateurs pour signer des "dates" dans des théâtres.

Cependant, tandis que l'événement officiel accompagne financièrement la mise en scène des pièces de sa programmation, " le Off ne fait que coordonner les représentations gérées par les artistes eux-mêmes, dans le but de se faire connaître ", précise Pierre Beffeyte, directeur de l'association Avignon Festival & Compagnies qui pilote chaque année l'organisation du Festival Off d'Avignon. Du côté du "In" et d'après Paul Rondin, directeur délégué du Festival d'Avignon, " les spectacles sont achetés par la structure, notamment grâce aux subventions publiques dont nous disposons ". " Parfois, le Festival d'Avignon se propose même de co-produire ou de produire entièrement des créations, et accompagne les artistes et leurs œuvres au-delà d'Avignon ", ajoute-t-il. Ce qui n'est pas le cas des pièces présentées au "Off": chaque compagnie finance de A à Z la mise en scène de sa pièce, la location de la salle, la rémunération des acteurs, les frais d'affichage… La facture est lourde, et souvent peu rentable.

Un investissement conséquent

Peu d'artistes en effet parviennent à atteindre l'équilibre à la fin du festival. Gilbert Ponté est metteur en scène à Paris et dirige la compagnie La Birba. Chaque année, depuis 1988, il vient jouer au Festival Off d'Avignon dans le but de signer des contrats avec des programmateurs-diffuseurs. " Je ne fais pratiquement que des "seul en scène", pour essayer de minimiser les frais ", confie-t-il. D'après son expérience, " une salle d'une cinquantaine de places louée pour la durée du festival coûte environ 6.000€, et les loyers grimpent facilement jusqu'à 15.000€ pour les superficies plus grandes ". " Je limite habituellement mon budget à 20.000€ pour représenter l'une ou plusieurs de mes créations à Avignon ", continue-t-il, " mais chaque année, je ne sais jamais si mon investissement sera rentable. C'est la roulette. ". En effet, les salles sont difficiles à remplir du fait de la concurrence, ce qui n'échappe pas à Gilbert Ponté: " Il y a quelques années, 300 spectacles faisant partie du Off. Désormais, les spectateurs ont le choix parmi plus de 1.400 pièces, et les programmateurs aussi ". Autre inconvénient, si le metteur en scène de La Birba parvient malgré tout à intéresser un programmateur, il ne pourra jouer pour son théâtre que deux ans plus tard, la saison suivante étant déjà fixée. Ainsi, soit il réussit à faire assez d'entrées au moment du festival pour rentabiliser son investissement, " ce qui est pratiquement impossible " indique-t-il, soit il s'endette en espérant que sa participation au "Off" provoquera des retombées économiques positives dans les années à venir.

Le recours aux sponsors privés et la rareté des fonds publics

Lire la suite

 

 

Partager cet article

Repost 1
Publié par Louise Sallé pour Challenges.fr - dans Divers
commenter cet article

commentaires